1/2 journée d’étude Doccitanist : "Évaluation scientifique : qui croire et pourquoi ?" (MRV, amphi 2, 8 octobre 2015)

Doccitanist organise sa 1/2 journée d’étude : Évaluation scientifique: qui croire et pourquoi ?

Elle aura lieu le jeudi 8 octobre 2015 à Toulouse (Maison de la recherche et de la valorisation - Campus Rangueil - Amphi 2).

Depuis plusieurs années, l’évaluation scientifique se complexifie avec l’émergence de nouveaux indicateurs, mesurant les performances insoupçonnées des chercheurs et des institutions.
Comment y voir plus clair ? Quel est l’impact de ces indicateurs alternatifs qui tiennent compte des nouveaux médias sociaux et des nouvelles pratiques de diffusion des résultats de la recherche ? Comment visualiser ces données afin de prendre les bonnes décisions ?


C’est à quoi tentera de répondre cette journée d’étude du réseau Doccitanist en vous proposant : "Évaluation scientifique: qui croire et pourquoi ?"

Public : chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, professionnels de l’IST.

L’inscription est gratuite mais obligatoire via le formulaire à: http://doccitanist.lirmm.fr/spip.php?article273

PROGRAMME :

- 13h30 -14h : Accueil – Café

 

- 14h –15h : Manuel Durand-Barthez (URFIST de Paris) : Mesurer, compter, évaluer : qui croire et pourquoi ?

 

Résumé : le modèle bibliométrique dominant est fondé sur un double socle : international avec les critères de Shanghai et national avec notamment le programme P150 de la LOLF (Loi organique des lois de finance). La base agréée par la LOLF (Web of Science) autorise une procédure souvent qualifiée de quick and dirty. Quick parce que d’aucuns se contenteraient bien d’une liste nominative d’indices H et de facteurs d’impact associés à des moyennes plutôt qu’à des médianes. Dirty parce que les bases sont polluées tant dans l’écriture des noms de personnes que, pire encore, dans celle des affiliations figurant en tête des articles. Une approximation généralisée, une hétérogénéité des structures institutionnelles et des graphies, ôtent souvent toute fiabilité au recensement des publications françaises. Il existe enfin une disparité des modes d’évaluation entre disciplines, des mathématiques à la biologie moléculaire et cellulaire, en passant par l’informatique (souvent injustement marginalisée) qui contribue à opacifier le paysage. Certains jugeront cette opacité salutaire, d’autres en regretteront l’effet néfaste sur leur équipe ou sur leur personne.

 

- 15h –16h : Guillaume Cabanac (IRIT –Toulouse) : Les altmetrics : estimer l’engouement pour la recherche sur les médias sociaux

 

Résumé : l’impact d’un résultat scientifique est traditionnellement estimé par le nombre de citations que la publication associée suscite. Cependant, cet indicateur ne permet pas d’estimer la réception d’une recherche par le grand public, à court terme, dans la presse et sur les médias sociaux (Twitter, Facebook, etc.). C’est pourquoi des indicateurs complémentaires appelés "altmetrics" sont développés pour refléter l’engouement exprimé à l’égard des résultats scientifiques. Les altmétrics sont désormais intégrés aux plateformes des éditeurs scientifiques tels que PLOS, Springer et Wiley. L’exposé retracera la genèse des altmetrics, détaillera leur raison d’être et montrera leur pertinence et utilité sur un cas d’étude : une publication scientifique de l’UT3 plébiscitée par un public varié et non universitaire.

 

- 16h –16h15 : Pause

 

- 16h15 –17h : Denis Parade (Scénario Interactif – Toulouse) : La visualisation de données : analyse, compréhension et aide à la décision

 

Résumé : la visualisation de données est certainement le meilleur moyen de comprendre le sens (caché ou non) des grandes quantités de données que nous manipulons tous les jours.
Les outils de la dataviz, s’appuyant sur nos capacités d’analyse visuelle, nous aident à y voir plus clair. Pourquoi et de quelle façon, c’est ce que nous verrons à travers de nombreux exemples.

Fichier: