Bibliométrie en sciences humaines et sociales

Bibliométrie en sciences humaines et sociales
Date: 
12 Novembre 2015
Durée: 
6 heures
Horaires: 
9h00-12h00 et 13h30-16h30
Thématique: 
Rechercher : méthodes, outils, évaluation de l’info, usages de l'information, sources et ressources disciplinaires
Formateur: 
Manuel DURAND-BARTHEZ
Objectifs: 

La problématique de la légitimité des SHS dans un univers de recherche compétitive suscite des interrogations sur les modalités de son évaluation. Pourquoi la notion de bibliométrie fait-elle à la fois l’objet d’un désir refoulé et d’un rejet explicitement formulé en SHS ? Peut-on et doit-on établir son inadéquation dans le domaine, et dans l’affirmative : sur quels motifs ? Il s’agira là d’aborder la bibliométrie du triple point de vue du chercheur auteur de publication, du statisticien en quête de modèles alternatifs, de l´évaluateur agissant dans un cadre administratif, le tout pouvant être appréhendé sous un angle proprement documentaire.

Contenu: 

1. Contexte
Tenter de définir le domaine de connaissance SHS en regard de la recherche en général. Y a-t-il une « spécificité » SHS ? Si oui, est-elle soutenable ou nocive ?
Contexte international de la recherche (Shanghai) et national (programme P-150 de la LOLF).
Conséquences de ce modèle sur le spectre disciplinaire, sur la langue et sur le support de publication (livre vs. périodique ; « faits observables AERES » vs. « publications de rang A »). Pourquoi la citation et l’impact d’un support sont-ils des étalons ? Qu’ont à voir les SHS avec eux ?

2. Les modèles bibliométriques classiques
Exploration du Web of Science (partie Articles/Auteurs + Journal Citation Reports). Comparatif Scopus (structure, objectifs, typologie des indicateurs, traitement du Livre).
Pratique sur ces deux bases.

3. Le « cas français » dans le contexte international SHS
L’enquête CNRS de 2004 sur les Périodiques. Les rapports AERES / European Science Foundation. Le colloque CNRS de juin 2011 sur l’évaluation SHS : prises de positions, débats. Le devenir du European Reference Index for the Humanities (ERIH puis ERIH-Plus NO)
Deux types de réactions françaises : la Conférence des publications de psychologie de langue française (CPPLF) ; la conception de Journalbase (CNRS)
Deux exemples de positions étrangères : britannique (Higher Education Funding Council for England HEFCE) et néerlandaise (Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences ; Committee on Quality Indicators in the Humanities, KNAW)

4. Les alternatives
L’exemple de Scholar Google. Son caractère « adjuvant », sa légitimité.
Sa bibliométrie intégrée (modules Metrics et My citations)
Le module bibliométrique Publish or Perish adapté à Scholar Google.
Pratique sur cette base.
L’Eigenfactor (sur le WoS), le SJR et le SNIP (sur Scopus)
L’Altmetrics
La caractérisation : une alternative sensée à l’évaluation bibliométrique ? Exemple du formulaire RIBAC de l’IN-SHS CNRS

5. Conclusion, débat

Pré-Requis: 

Aucun

Tarif: 
250 €

Rappel : les stages sont gratuits pour tous les personnels d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche, ainsi que pour les doctorants.